merlin

merlin

mardi 10 septembre 2013

Comment les bogatyrs ont disparu de la terre

"Quand sur la rivière Safat ils eurent massacré les armées tatares,
les glorieux bogatyrs russes commencèrent à fanfaronner,
seulement parce qu'ils avaient perdu la raison
et ne croyaient qu'en eux,
croyaient qu'il était temps pour eux de combattre une armée d'un autre monde.
Et une force d'un autre monde apparut devant eux,
deux guerriers célestes, et les bogatyrs se méprirent à leur sujet.
Le jeune Aliocha, le premier qui avait fanfaronné, chargea en avant,
et il coupa ces deux guerriers en deux,
mais ils furent alors quatre, au lieu de deux.
Sous l'épée acérée de Dobrynya Nikiticht ils tombèrent,
les quatre guerriers, mais maintenant huit se relevèrent.
Après que le vieil Ilya Mouromets les eut coupés à nouveau,
et que Vaska Bouslaev eut sifflé,
et qu'Ivan Gostinov eut projeté sa lance,
quatre et seize guerriers se relevèrent.
Les bogatyrs s'élancèrent eux-même sur l'armée de l'autre monde ;
épaule contre épaule, ils chargèrent, comme un seul,
et ils commencèrent à tailler et trancher cette armée,
mais cette armée céleste allait en grossissant de plus en plus,
et amplifiait le combat contre les bogatyrs.
Les bogatyrs abandonnèrent, s'enfuyant de peur,
et ils coururent jusqu'aux grandes et saintes montagnes,
pour chercher la protection de leur frère aîné,
leur frère par la croix, Svyatogor lui-même,
l'énorme, le toujours dormant Svyatogor.
Ils éveillèrent leur frère,
et l'avertirent, l'implorèrent 
dans leur peur, ils l'implorèrent, sans prononcer un mot,
plaçant Ilya le fils de paysan,
leur ataman, au-devant d'eux.
Svyatogor ouvrit ses yeux, ces lacs sans fond ;
il rassembla ses sourcils, ces forêts rêveuses ;
il choqua la terre immobile de son bâillement
et s'étira, touchant un nuage qui passait ;
et il contempla Ilya comme s'il était une grande merveille.
Il le connaissait pour avoir échangé la croix avec lui,
et il prit à coeur la prière amère du héros,
et il attrapa les bogatyrs russes et leurs chevaux avec eux,
et il les plaça dans ses poches, ces profondes, profondes cavernes,
et lui-même dans un soupir tomba dans un profond, profond sommeil."

Ilya Mouromets et autres héros de la Russie ancienne, traduction par Viktoriya et Patrice Lajoye, Anacharsis, 2009.

Après vous avoir jeté cela à la figure, peut-être vous dois-je quelques mots d'explications.

Les bogatyrs sont des preux, les héros des bylines, les chants épiques de la tradition russe. Ils sont un peu l'équivalent des paladins de nos chansons de geste.

Le nom de Svyatogor, l'aîné des bogatyrs, signifie "le saint mont". A l'instar d'Atlas dans la mythologie grecque, le personnage est à la fois un géant et la personnification d'un massif montagneux.

Essentiellement connus par une tradition orale tardivement recueillie, les récits relatifs aux bogatyrs sont très anciens, puisqu'on en trouve trace dans la Saga de Thidrek, un texte scandinave du XIIIème siècle. Leur popularité a duré jusqu'aux temps modernes.

Au XXème siècle, les bylines devinrent un enjeu politique. Les bolcheviks s'efforcèrent de les récupérer au profit de leur propagande, et firent composer une byline sur Lénine, qui devint donc lui-même un bogatyr.

Les héros de bylines traditionnelles, en revanche, étaient plus difficiles à récupérer de la sorte. D'abord, les bylines circulaient oralement, hors du contrôle du pouvoir. De plus les bogatyrs, héros chrétiens, combattant pour la Sainte Russie et attachés à la personne du prince Vladimir, le Soleil de Kiev, faisaient d'assez peu convaincants bolcheviks. Pour les Russes blancs, les bogatyrs devinrent l'incarnation de l'esprit de résistance et de la Russie ancienne. L'attente de leur réveil représentait l'espérance en la chute du régime communiste.

8 commentaires:

  1. Sans vouloir les vexer aucunement, les bogatyrs ne semblaient pas pourvus d'une intelligence brillante. Arrivés à huit, ils auraient dû comprendre le fonctionnement des guerriers célestes, leur offrir à boire, à manger, des femmes, que sais-je encore afin de s'en faire des amis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sur ce coup-là, ils ont manqué de sens tactique. J'ai dit qu'ils étaient preux, je n'ai jamais prétendu qu'ils étaient intelligents. Ce sont des Russes, après tout : ils devaient être bourrés à la vodka.

      (Je présente toute mes excuses au peuple russe pour la boutade ci-dessus. Je n'en pense évidement pas un mot.)

      Supprimer
    2. Oui, vous faites bien de présenter vos excuses. Les Russes sont fiers et susceptibles, un peu comme les Corses.
      En plus d'être alcooliques, cruels et superstitieux.

      Supprimer
    3. Taisez-vous, malheureux ! Vous allez attirer l'attention des anciens du KGB !

      Supprimer
  2. Réponses
    1. En l’occurrence oui, mais vous verrez qu'il sera question ici de bien d'autres choses.

      Supprimer
  3. Les bogatyrs, je les ai rencontrés petit garçon dans un superbe livre: "Les contes de l'isba" illustrés par Ivan Bilibine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas cet ouvrage, mais je suis allé voir des illustrations réalisées par cet artiste sur Glouglou images. Effectivement, ce sont des merveilles. Merci de me l'avoir fait connaître.

      Supprimer