merlin

merlin

dimanche 15 septembre 2013

Enigme

Aujourd'hui, belles lectrices, j'ai décidé de mettre à l'épreuve votre sagacité, en vous soumettant une énigme. Mais pas n'importe laquelle.

Les énigmes sont un jeu dont on trouve la trace dans toute l'ère germanique. Le dieu Odin, dans la mythologie scandinave, s'y livre souvent. Mais c'est à l'Angleterre saxonne, christianisée et tôt pourvue d'une écriture lui permettant de coucher ses traditions sur le papier, que nous devons peut-être d'en avoir conservé le plus. Un manuscrit du VIIIème siècle, l'Exeter Book, en renferme notamment un grand nombre. 

C'est l'une d'elles que je vais vous proposer de résoudre. Répondez en commentaire, et je donnerai la bonne réponse demain. Le premier qui l'aura trouvée gagnera toute ma considération.

Pas assez motivant ?

D'accord. Le gagnant pourra choisir le libellé du billet de mardi prochain (dans la liste des libellés, à droite du blog).

"La terre humide, merveilleusement froide, m'a d'abord tirée de son sein. Je sais dans mes pensées que je n'ai pas été façonnée par un art éminent dans les toisons de laine où les poils de fourrure. Je n'ai pas de trame enchevêtrée ; je n'ai point de chaîne ; sous la violence de nombreux coups, aucun fil en moi ne résonne ; en moi point ne se meut la bruyante navette ; et nulle part ne me frappe le peigne du tisserand. Des vers ne m'ont point tissée par l'art du Destin, eux qui parent d'ornements la précieuse étoffe jaune. Néanmoins, partout sur la terre, on me considère comme un vêtement séduisant pour le héros. O toi qui es perspicace en divinations comme en habiles pensées, et sagace en paroles, dis-moi quel est ce vêtement ?"

La littérature anglaise du Moyen Âge (500-1500), Marguerite-Marie Dubois, PUF, 1962.

La réponse attendue est celle prévue par l'Exeter Book. Je n'en accepterai pas une autre au motif qu'elle pourrait coller aussi.

15 commentaires:

  1. Je serais tenté de proposer le blé

    RépondreSupprimer
  2. Cela ressemble étonnamment aux énigmes de Gestumblindi dans l'Edda poétique.

    Je serais tenté de dire qu'il s'agit d'un haubert en cotte de maille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La coïncidence n'est pas fortuite, c'est le même fond culturel qui s'exprime.

      Supprimer
  3. J ai la bonne réponse mais n'étant pas belle lectrice, je m'abstiens. na !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça, c'est petit et d'un facile... Comme ça, quelle que soit la réponse, il pourra se pavaner en lançant à la cantonade : "Je le savais nananananère!"

      Supprimer
    2. "Belle lectrice", c'est Tristram Shandy qui appelle son lecteur comme ça tout au long du roman. J'ai trouvé l'idée amusante, mais ça ne doit évidement pas empêcher les lecteurs de répondre.

      Supprimer
  4. J'aurais bien dit les lauriers moi aussi, mais comme vêtement je trouve ça un peu court.
    Je sèche.

    RépondreSupprimer
  5. La réponse attendue était "la cotte de maille", c'est donc Koltchak qui l'emporte. Merci à tous d'avoir participé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisqu'il m’appartient de choisir le libellé du prochain billet, je souhaite continuer sur la tradition anglo-saxonne.

      Ceci dit, il serait judicieux d'en ajouter un concernant la tradition germano-scandinave qui est également d'une grande richesse.

      Supprimer
    2. Et on l'ajoutera, soyez-en sûr.

      Supprimer
  6. C'était lourd comme énigme. On touche même le fond culturel là, je sens la maille de Dijon qui me monte au nez. Ce qui me console c'est que Koltchak ne touchera maille en récompense.
    Corto n'avait pas trouvé, tout le monde sait qu'il pensait à "cocotte de maille" mais ce n'était pas loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que si on est pas familier avec les énigmes qui émaillent les récits mythologiques germano-scandinaves, on ne peut que partir avec un gros handicap.

      Tolkien en habile romancier en avait arrangé quelques unes dans Le hobbit, lorsque Bilbon et Gollum jouent aux énigmes pour savoir si ce dernier pourra boulotter le hobbit ou s'il devra le guider jusqu'à la sortie des mines de la Moria.

      Supprimer
  7. la cote de maille ! j en étais sûr !

    RépondreSupprimer