merlin

merlin

mercredi 18 septembre 2013

La dernière ruse d'Antar

Antar Ibn Chadded est à la fois l'un des plus grands poètes et des plus grands héros du monde arabe préislamique. Il s'agit à l'origine d'un personnage historique du VIème siècle, auquel on attribue des poèmes dont certains nous sont parvenus. Mais la légende s'est emparée de lui, l'érigeant au rang de héros épique et lui prêtant des aventures fabuleuses. On lui consacra une épopée chevaleresque, assez improprement connue sous le nom de Roman d'Antar, et qui nous est parvenue par une version du Xème siècle.

Antar est le fils de Chadded, chef de la tribu des Beni'Abs, et d'une esclave noire. Méprisé pour son extraction servile et pour sa peau noire qui le fait surnommer "l'un des trois corbeaux des Arabes", il devra faire la preuve de sa valeur. Guidé par l'amour sublime qu'il porte à la belle Abla, il deviendra un parangon d'héroïsme, le rempart de son peuple, le protecteur des femmes et le défenseur des faibles.



Au XIXème siècle, ce héros trouvera en France un chantre, en la personne d'un écrivain que vous ne vous attendiez peut-être pas à rencontrer sur ce blog : Alphonse de Lamartine. Laissons-le nous raconter la dernière ruse d'Antar, alors que le héros, blessé à mort par la flèche traîtresse d'un ennemi félon, use ses ultimes forces pour escorter, en territoire hostile, son épouse bien-aimée.

"A la fin du jour, ils arrivèrent dans une vallée peu éloignée du territoire de la tribu d'Abs. Cette gorge se nommait la vallée des gazelles. Entourée de montagnes inaccessibles, on n'y pénétrait du côté du désert que par une issue étroite et tortueuse où trois cavaliers pouvaient à peine marcher de front.

Antar, s'arrêtant à l'entrée de ce défilé, fit passer d'abord les troupeaux, les esclaves et la chamelle qui portait la litière de sa chère Abla. Quand la caravane entière fut en sûreté, il revint se placer seul en sentinelle a l’extrémité du défilé, en face de la plaine et des Arabes qui le suivaient de loin.

A ce moment, ses tortures augmentant, ses entrailles se déchirent, chaque pas de son coursier lui fait éprouver des supplices pareils aux feux de l'enfer. La mort envahit ses membres et respecte son âme intrépide.

Il fait face aux Arabes, il arrête Abjer (son destrier), il plante sa lance en terre par la pointe, et, s'appuyant sur le bois comme un guerrier au repos qui laisse respirer son cheval, il demeure immobile à l'entrée du défilé.

A cet aspect, les trente guerriers qui avaient suivi jusque-là les traces de sa caravane s'arrêtent eux-mêmes, hésitant, à quelques centaines de pas du héros.

"Antar, se disent-ils entre eux, s'est aperçu que nous suivions sa marche ; il nous attend là pour nous exterminer tous ; profitons des ombres de la nuit qui tombe pour échapper à son sabre et pour rejoindre nos frères !"

Mais le vieux cheik, persistant dans sa pensée, les retient encore.

"Mes cousins, leur dit-il à voix basse, n'écoutez pas ces conseils de la peur. L'immobilité d'Antar est le sommeil de la mort. Eh quoi ! Ne connaissez-vous pas son courage impétueux ? Antar a-t-il jamais attendu son ennemi ? S'il était vivant, ne fondrait-il pas sur nous comme le vautour sur sa proie ? Avancez donc hardiment, ou, si vous refusez de risquer vos vies contre son glaive, du moins restez jusqu'à ce que l'aurore vienne éclairer vos soupçons.""

Antar, Alphonse de Lamartine, éd. Michel Lévy, 1863.

Ainsi la crainte inspirée par le corps sans vie du héros, retenu sur sa selle par sa lance fichée en terre, fit-elle perdre une nuit entière aux poursuivants de son épouse.

Antar ayant vécu avant la prédication de Mahomet, les deux hommes ne se rencontrèrent pas, mais une tradition rapporte que le prophète déclara à son sujet :  « Je n'ai jamais entendu parler d'un homme du désert que j'eusse envie de voir, excepté Antar ». Que l'anecdote soit vraie ou non, elle prouve en tout cas l'admiration que le souvenir du preux suscitait dans les pays arabes.

9 commentaires:

  1. Dans mon enfance, Antar était le nom d'une chaîne de stations services, dans lesquelles on pouvait obtenir, grâce à un système de points obtenus à chaque achat d'essence, de petites figurines d'Astérix.

    Mais je me demande si je ne serais pas un peu hors sujet, là…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez savoir. Peut-être existe-t-il une relation.

      Supprimer
    2. pareillement était un elf

      Supprimer
    3. ça me fait penser que je n'ai toujours pas parlé d'elfes, ici. Ce n'est pas sérieux.

      Supprimer
    4. J'ai pensé aussi aux stations ! Mais je me suis dit que Mat en verrait pas de quoi je parlais...
      Fort intéressant article, merci !

      Supprimer
    5. Content de vous avoir intéressé.

      Supprimer
  2. NE verrait pas désolée

    RépondreSupprimer
  3. Vous m'ennuyez, à la fin, à faire des billets sur lesquels je n'ai rien à dire, béotien que je suis.
    Pourriez pas parler politique, comme tout le monde?
    Non mais c'est vrai quoi, pfff...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis : demain, je ferai quelque chose de différent.

      Supprimer