merlin

merlin

mercredi 11 septembre 2013

Pourquoi les chiens se flairent

"La singulière habitude qu'ont les chiens de se flairer au derrière lorsqu'ils se rencontrent est trop curieuse pour ne pas avoir été l'objet d'explications populaires.

C'est à une légende bien antérieure au siècle d'Auguste que Phèdre emprunta le sujet de sa fable "Députation des chiens à Jupiter" : Ceux qui furent envoyés en ambassade au maître des Dieux pour demander une condition plus douce eurent si peur lorsqu'ils se trouvèrent devant lui, qu'ils firent des crottes dans l'Olympe. On choisit d'autres ambassadeurs auxquels on parfuma l'anus ; aussi effrayés que les premiers, ils souillèrent le palais des dieux et ne revinrent jamais. Leurs commettants les attendent toujours ; aussi lorsqu'ils voient un chien, ils vont lui flairer au derrière pour savoir si ce n'est pas un de leurs députés qui revient.

Les traits essentiels de cet apologue se retrouvent dans un récit recueilli dans la partie des Côtes-du-Nord qui parle français : au temps jadis, la nation des chiens ayant à se plaindre des hommes, chargea des délégués d'aller exposer ses griefs au Tout-Puissant ; lorsqu'ils furent arrivés au palais, on les fit attendre longtemps, et pris d'un pressant besoin, ils levèrent la patte dans un coin de la salle ; aussi ils furent chassés honteusement. On envoya une seconde ambassade, et de peur d'un nouvel accident, le corps du délit fut convenablement ficelé. Mais la crainte de ne pas réussir causa aux députés un plus grand malheur, et ils furent aussi jetés à la porte. L'assemblée générale des chiens résolut l'envoi d'une troisième députation, et il fut convenu que, cette fois, les ambassadeurs seraient cousus. Ils partirent, mais ne sont jamais revenus ; voilà pourquoi, lorsqu'un chien en rencontre un autre, il vient le sentir, afin de savoir si c'est un des députés qui revient."

Folklore de France, Paul Sébillot, 1904-1906.

7 commentaires:

  1. Divertissant apologue, mais on aimerait savoir si, suite au reniflement, le chien se met à chevaucher hardiment le reniflé, c'est parce qu'il a reconnu en lui un ambassadeur ou au contraire qu'il a constaté n'avoir affaire qu'à un chien quelconque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une excellente question, à laquelle je suis navré de ne pouvoir apporter de réponse. Il faut demander à Didier, c'est lui qui s'y connaît en chiens.

      Supprimer
  2. Et lorsqu'un chien vient VOUS renifler le derrière (ou le devant, d'ailleurs), que faut-il en déduire?

    Hors sujet : le livre commandé par notre ami suisse (le 3/11) vient de lui parvenir. Vous voyez, les délais sont plus raisonnables qu'annoncés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compris, chef. Je passe commande sans surseoir.

      Supprimer
  3. Je connaissais une autre version, un ambassadeur canidé péta en la présence du Tout puissant, depuis il cherche le coupable qui les condamna à toujours aboyer.

    RépondreSupprimer
  4. d'après certaines personne, je préfère ne pas citer de nom c'est une question d'éducation !

    RépondreSupprimer