merlin

merlin

jeudi 19 septembre 2013

Rions avec Game of Thrones

Plusieurs amis m'ont chaleureusement recommandé une série télé qui s'appelle Game of Thrones.

Le drame, lorsque, comme moi, on s'intéresse à des sujets un peu marginaux, c'est que vos amis se sentent obligés de vous recommander tout ce qui peut avoir un vague et tortueux rapport avec votre dada. Une bonne série de fantasy, ancrée dans le Moyen Âge, m'avait-on dit !

On ne devrait jamais écouter ses amis. Mais enfin bref, je regarde bravement les premiers épisodes.

Episode 1 : la menace clichetonneuse

Peut-être s'est on imaginé que ça me plairait, parce qu'on y trouve quelques points communs avec l'oeuvre de Tolkien que j'apprécie : il y a des dragons, un genre de hobbit qu'on appelle le gnome parce que le mot "hobbit" n'est pas libre de droit, et puis Boromir, aussi.

Oui, il y a Boromir. On le reconnaît bien à sa barbe.

Boromir égal à lui-même.
Cela dit, ici, il ne s'appelle pas Boromir, mais Stark, comme le capitaine de cavalerie dans les Tuniques bleues. Ils doivent avoir à peu près le même QI, remarquez.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul personnage repris de Tolkien. Ils ont aussi plagié le Gimli des films de Peter Jackson. Ici, il ne s'appelle pas Gimli, mais il est aisément reconnaissable. C'est le roi du patelin où se déroule l'intrigue : un gros balourd barbu, qui aime manger et boire, et qui parle comme un rustre pour faire rire les enfants dans le public.

"Les nains sont des sprinters, redoutables sur les courtes distances !"
Tous les autres personnages sont à peu près à l'avenant. Parmi eux, on peut mentionner la présence d'un jeune gandin assez tarte, qui est le fils bâtard de Boromir d'Eddard Stark. Tout le monde lui fait plein de misère et lui parle de haut à cause de sa bâtardise.

Bien sûr, c'est complètement con. Le mépris pesant sur les bâtards, ça n'a rien de médiéval ni d'aristocratique. On peut reprocher bien des choses aux hommes du moyen âge, sans doute, mais pas d'être puritains. On élevait les bâtards au sein de la mesnie, avec les héritiers légitimes, sans leur chercher des poux. Guillaume le Conquérant ou Dunois étaient bâtards, ça ne les a pas empêchés de faire une belle carrière. Et dans l'ordre littéraire, les plus grands héros d'épopées médiévales (Alexandre le Grand, le roi Arthur, Roland...) sont tous bâtards, et personne n'en fait un flanc.

Le mépris des bâtards, c'est le fruit de l'essor des valeurs bourgeoises, et du puritanisme protestant. Bon, admettons. Je suppose que tous les personnages de la série sont des Têtes Rondes. ça tombe bien, j'adorais le personnage de John Felton, dans les Trois Mousquetaires, et je rêvais de passer plus de temps en sa compagnie.

Cela dit, la série ne nous apprend rien sur la religion qui a cours dans ce monde imaginaire, alors allez savoir. Ancré dans le moyen âge ? Oui, mais le moyen âge sans la religion. C'est à peu près l'équivalent culturel de "l'océan atlantique, mais sans l'eau". Ils ont tout compris, ces génies.

Du reste, pour des puritains, tous ces gens-là forniquent pas mal. C'est peut-être pour ça qu'ils détestent les bâtards, en fait : ils en font tellement qu'ils ne savent plus où les mettre.

L'avantage, c'est surtout que ça permet de caser des scènes de fesse. Or, les drôlesses sont girondes, et c'est à peu près le seul point fort de la série, si je me fie à ce que j'en ai vu.

Il lui demande si elle veut réveiller le dragon, parce que c'est de la fantasy : dans notre monde, on l'appelle plus couramment "Popol".
Mais j'ai perdu le fil de mes pensées et j'ai laissé mon bâtard en plan. Comment s'appelle-t-il, déjà ? Peu importe, d'ailleurs. Appelons-le Bâtard, puisque pour les grimauds qui tiennent lieu de scénaristes à ce massacre, c'est ce qui le définit. Figurez-vous qu'à force de se faire embêter, il devient dépressif, adopte un look gothique et décide de quitter la maison paternelle pour devenir garde de nuit.

Garde de nuit. ça, c'est un beau métier. J'imagine que dans les prochains épisodes, on le verra arpenter un Super U avec une lampe torche. Je vous tiendrai au courant.


24 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pour une fois que ce n'est pas l'inverse.

      Supprimer
  2. Game of thrones, avec un s -- et ce pluriel n'est pas indifférent au déroulement de l'intrigue, ô béotien!

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! si vous aussi vous mettez à décrypter drolatiquement les séries de télévision, il va falloir que je m'y recolle !

    RépondreSupprimer
  4. Bon, d'accord, votre description est assez drôle, mais quelle injustice pour cette excellente série !
    Le nain n'est pas un Hobbit mais un véritable nain, qui joue le rôle d'un nain, quoi, tout simplement. Vous en connaissez beaucoup, vous, des séries qui donnent leur chance à un nain ? Vous devriez saluer cet effort.

    Quant aux bâtards, je ne suis pas sûr qu'ils aient jamais été considérés comme les enfants légitimes, quand même. Certains s'en sont bien sortis, sans doute, mais enfin les règles de filiation restaient strictes, sans quoi l'institution du mariage n'aurait eu aucun sens.

    Et puis le problème n'est pas là : ce n'est pas une série historique.

    Hormis les scènes de fesses, vous auriez pu mettre au crédit de la série une remarquable capacité à illustrer le machiavélisme.

    Franchement, vous n'avez vraiment pas aimé, ou c'est seulement pour déconner ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je laisse à votre imagination la réponse à cette question.

      Supprimer
    2. Vous donnez la réponse plus bas, donc je devine sans risque que vous nous avez manipulés. Bien vu.

      Supprimer
  5. Ouh le vilain!
    Et bien moi j'ai beaucoup aimé la première saison et j'attends avec impatience la diffusion de la 2ème.
    Franchement, que trouvez-vous à lui reprocher à cette série?
    Qu'elle ne rend pas justice au moyen-âge?
    Mais elle n'a jamais prétendue être "moyenageuse", à part en un sens très limité, à savoir que l'on y reconnait une organisation politique de type féodale et que le niveau de développement technique est à peu près celui de la chrétienté au 13ème siècle (si je ne dis pas de bêtise).
    Pour le reste, vous ne rendez pas justice aux personnages qui sont beaucoup plus complexes que vous ne le laissez entendre (dans les limites d'une sérié télé, bien sûr), et pour la bâtardise je pense que vous poussez trop loin le goût du paradoxe : les bâtards nobles n'étaient peut-être pas des parias, mais ils avaient quand même un gros problème : ils ne pouvaient, normalement, pas succéder à leur père.
    Ca peut mener loin. Relisez Le roi Lear.
    Game of thrones est une série très politique, comme son titre l'indique, et franchement je trouve qu'elle très au-dessus de la moyenne de ce point de vue là.
    La principale chose que je lui reprocherais serait, comme vous le soulignez, la place à peu près inexistante de la religion.

    Bon, sinon votre billet est très amusant, mais je vous propose un sujet pour un prochain billet : faut-il être injuste pour être drôle?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'êtes jamais content. Et moi qui ai écrit ce billet exprès pour vous, parce que vous regrettiez de n'avoir rien à dire sur celui d'hier !

      Supprimer
    2. La deuxième saison est disponible en dvd/bluray US , et est également excellente.

      Supprimer
    3. ...et nous regardons en ce moment la saison finale -- War of the damned -- de Spartacus, très amusante série ultra-gore et ultra-sexe produite par Sam Raimi,mais dont l'inexactitude historique est de plus haut comique.

      Supprimer
    4. Ah mais, si je suis très content, et très reconnaissant de votre effort. Je dis simplement que je vous trouve injuste avec cette belle série.
      Vous ne voudriez tout de même pas que je commente simplement pour dire à quel point ce que vous écrivez est merveilleux ? :-)

      Supprimer
  6. Je sais que je vais passer pour le gâte-sauce de service, mais je suis du même avis que notre hôte.

    Un ami m'a passé les deux saisons. J'ai visionné le truc et je me suis royalement fait ch..r. D'une manière générale, pour qui a lu et aimé Tolkien, les oeuvres de fantasy plus ou moins médiévale ne peuvent apparaître, généralement, que comme de pâles copies.

    Sur les bâtards, on oublie vite que Louis XIV en a eu 16 et que la moitié ont été légitimés. Ils furent même mariés dans les branches latérales de la maison de Bourbon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Loin de moi l'idée que tout le monde devrait aimer Game of thrones. Les goûts et les couleurs, hein...
      Mais je pense que c'est autant une erreur de juger cette série à l'aune de l'exactitude historique qu'à l'aune de Tolkien.
      A mon avis le fantastique y a une fonction très différente de chez Tolkien, et est beaucoup moins présent. Et si mes souvenirs sont bons (mais ils sont lointains...) Tolkien ne s'intéresse pas particulièrement aux questions politiques.

      Quant aux bâtards de Louis XIV... eh bien c'est Louis XIV, à savoir le souverain le plus absolu que la France ait connu, et même ainsi leur légitimation n'a pas été sans faire ruer dans les brancards.
      Ce qui est d'ailleurs normal : la bâtardise est forcément un problème dans un régime politique qui repose sur l'hérédité.

      Supprimer
    2. Au moyen âge les seigneurs reconnaissaient leur enfant illégitimes, leur descendance en héraldique doivent (ou devraient) briser de manière bien visible leur écu.

      Les symboles de la bâtardise sont: la barre, la cotice posée en barre, le petit bâton péri posé en barre et un meuble renversé.

      Supprimer
  7. Tiens, mais que de réactions pour ce billet d'humeur, du moment que l'on touche à un cycle ou une série populaire.

    Par contre je te trouve assez mauvais joueur sur la religion; Elle est tout aussi absente de l'univers de Tolkien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seulement sur la religion ? Mais je suis mauvais joueur tout du long ! Ce billet est d'une totale mauvaise foi, c'est ça qui est drôle.

      Supprimer
    2. Si la religion apparaît absente des Terres du Milieu, n'est-ce pas du fait que celles-ci, et les récits de Tolkien qui s'y déroulent, sont de nature intrinsèquement religieuse, ou au moins spirituelle (en gros, le SdA, c'est l'Apocalypse, l'Iliade et le Mahabarata en un seul livre) ? Une religion constituée serait alors redondante avec la substance même des évènements, puisqu'ils font religion par eux-mêmes.

      Supprimer
  8. J'évite de regarder ces séries tout n'y est qu' approximation surtout pour les armes et armures.

    Ou alors les voir comme un ersatz d' héroïque fantaisie, des sous Tolkien.

    Regardons Ivanhoé , au moins cela est kitsch et sans prétention.

    RépondreSupprimer
  9. Il y a pas mal de religion dans la version papier de Game of Thrones. Plusieurs sont en cohabitation ou en concurrence (deux religions dominantes, une demi-douzaine d'autres sont décrites), et cela joue un rôle important dans l'intrigue. Après, je ne sais pas comment cela a été rendu dans la série télé...

    Yis

    RépondreSupprimer