merlin

merlin

mercredi 23 octobre 2013

Quatre sortes de femmes (1/2)

"Le barde dit, d'après les propos de Dede Korkut : "Il y a quatre sortes de femmes. L'une est de la race qui dessèche. L'autre est celle qui se gonfle comme une balle. Pour l'une, tout ce que tu peux dire est vain. Une autre est le pilier de la tente.

Le barde dit : "Le pilier de la tente, c'est celle qui, si de la plaine ou du désert arrive un hôte et qu'il n'y ait pas d'homme dans la tente, le fait manger et boire, l'honore et le respecte, puis lui donne congé. Celle-ci est de la race d'Aïcha et de Fatima, Messire ! Que ses bébés grandissent ! Qu'une telle femme vienne à ton foyer !

"Venons-en à celle qui est de la race qui dessèche. Elle se lève comme une folle. Sans se laver les mains ni le visage, elle regarde avec envie neuf épaisses galettes et un seau de yoghourt, et elle s'en empiffre tant qu'elle peut, puis elle se frappe les flancs et s'écrie : "Depuis que j'ai été mariée à cet homme -maudite soit sa tente ! -, mon ventre ne s'est plus rassasié, mon visage n'a plus souri, je n'ai plus eu de sandales aux pieds, ni de voile au visage ! Ah, s'il avait pu mourir, et que j'en ai épousé un autre, j'aurais eu une vie plus conforme à mes espoirs !" Que les bébés d'une telle femme, Messire, ne grandissent pas ! Qu'une femme comme cela ne vienne pas à ton foyer !"

Le Livre de Dede Korkut, récit de la Geste oghuz, traduit du turc par Louis Bazin et Altan Gokalp, Gallimard, coll. "L'aube des peuples", 1998.

Je suis en train de m'offrir une véritable orgie d'écriture et de lecture. Je pensais vous parler du livre de Dumézil sur les fonctionnaires du monde franc, que j'ai déjà bien entamé, mais Dede Korkut m'attendait en embuscade, et je suis tombé dedans tête la première. C'est un régal dont je n'ai pas fini de vous parler.

6 commentaires:

  1. Ces femmes turco-mongoles ont des prénoms arabes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas expert de l'onomastique de ces peuples, mais les héroïnes du récit me semblent avoir des noms turcs. Fatima et Aïcha sont seulement mentionnées, en tant que parangons des vertus féminines.

      Supprimer
  2. Je n'en connaissais que deux, les gentilles et les mignonnes, ici c'est une histoire de pierrot gourmand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a encore deux sortes à venir.

      Supprimer
  3. Ne parlez pas des fonctionnaires du monde franc, malheureux ! Vous allez nous attirer Marchenoir !

    RépondreSupprimer