merlin

merlin

mercredi 19 février 2014

Le Coq et le Rossignol

"CHANTECLER, au Rossignol , d'une voix découragée
Chanter!... Mais connaissant ton cristal sans défaut,
Vais-je me contenter de mon cuivre?

LE ROSSIGNOL.
                                                             Il le faut !

CHANTECLER.
Vais-je pouvoir chanter ? Mon chant va me paraître,
Hélas ! trop rouge et trop brutal !

LE ROSSIGNOL.
                                                     Le mien, peut être,
M'a semblé quelquefois trop facile et trop bleu !

CHANTECLER.
Oh! comment daignes-tu me faire cet aveu?

LE ROSSIGNOL.
Tu t'es battu pour une amie à moi, la Rose !
Sache donc cette triste et rassurante chose
Que nul, Coq du matin ou Rossignol du soir,
N'a tout à fait le chant qu'il rêverait d'avoir !

CHANTECLER, avec un désir passionné
Oh ! être un son qui berce !

LE ROSSIGNOL.
                                            Etre un devoir qui sonne !

CHANTECLER.
Je ne fais pas pleurer !

LE ROSSIGNOL.
                                            Je n'éveille personne !
Mais après ce regret, il reprend, d'une voix toujours plus haute et
plus lyrique :
Qu'importe ! Il faut chanter ! chanter même en sachant
Qu'il existe des chants qu'on préfère à son chant !"

Chantecler, Edmond Rostand, 1910.

Je suis dans ma période Rostand. J'ai d'ailleurs commencé la lecture d'une autre histoire d'oiseau : L'Aiglon.

2 commentaires:

  1. Merci de nous faire partager ces charmants vers, mais ... Saint-Simon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le délaisse pas pour autant, rassurez-vous.

      Supprimer