merlin

merlin

mercredi 12 novembre 2014

De Cape et de Crocs : Vingt mois avant

J'apprécie beaucoup la série de bandes dessinées De Cape et de Crocs, par Ayroles et Masbou, et je voulais consacrer un billet à la sortie du onzième album, qui s'intitule Vingt mois avant, mais il me vient à l'esprit que tous mes lecteurs ne sont peut-être pas familiers du sujet. Je vais donc brièvement vous présenter la série.

De Cape et de Crocs se déroule dans un XVIIème siècle de fantaisie, où les animaux parlants se mêlent aux humains. Nous y suivons les aventures de deux dignes gentilshommes, bretteurs pleins d'audace et de panache : un Français, Monsieur Armand-Raynal de Maupertuis (un renard) et un Espagnol, Don Lope de Villalobos y Sangrin (un loup). Ce sont, jusqu'au dixième tome, les deux personnages principaux, même s'ils côtoient un grand nombre d'amis, de compagnons et de comparses. 

Ils vivent naturellement des aventures dans la grande tradition du roman de cape et d'épée, mais la série parvient toujours à éviter la platitude et la banalité que l'on pourrait craindre. Les auteurs connaissent très bien la littérature du temps, et y font des allusions souvent fines. Ils s'inspirent de Molière, de La Fontaine, de Cyrano de Bergerac et en tirent un monde d'une fantaisie débridée, où l'on s'envole vers la lune pour aller rencontrer des Sélénites chez qui la poésie remplace l'argent.

C'est une très bonne bande dessinée, drôle, intelligente, palpitante, et le dessin est un véritable régal pour les yeux. A ne surtout pas manquer !

Venons-en maintenant à notre onzième tome.


Avec le dixième tome s'achevaient les aventures de Don Lope et Armand et, pouvait-on penser, la série, l'intrigue ayant trouvé sa conclusion. Mais ce nouvel album nous ramène vingt mois en arrière et, laissant de côté le goupil et le loup son compère, nous narre l'histoire d'un de leurs compagnons : le lapin Eusèbe, dont nous apprenons enfin comment il devint garde du cardinal !

Le récit prend place au début du règne de Louis XIV, et évoque les rivalités opposant Colvert à Souchet (oui, vous avez bien lu) pour la place de premier ministre. Mais un tiers personnage brigue aussi ce rang : Monsieur le Duc de Limon, Grand Veneur de France, qui s'affirme déjà comme le nouveau "grand méchant" de la série. Eusèbe va se trouver, bien malgré lui, entraîné dans leurs intrigues.

On pouvait craindre que le malheureux lapin ne soit pas à la hauteur de son nouveau rôle de héros, et ne puisse porter le récit sur ses frêles épaules. Eh bien , il y parvient ! Armé d'une naïveté constante, il traverse sans tout en comprendre les intrigues dans lesquelles il est jeté, et le décalage entre sa condition de lapin et les situations dans lesquelles il se trouve est à lui seul un ressort comique. Moins flamboyant qu'Armand et Don Lope, Eusèbe occupe moins de place, laisse davantage le reste de l'univers qui l'entoure s'exprimer, ce qui n'est peut-être pas plus mal. L'humour est au rendez-vous, le dessin plus magnifique que jamais.

La série, contrairement à ce que l'on pouvait craindre, ne perd donc rien de son lustre avec ce nouvel album.